Cordo⨍onic
 

    Ils sont quatre, les «Cordofonistes». Que des cordes frottées, pincées, à grands coups d’archets, à grands coups de griffes. Pas des orthodoxes du quatuor les lascars...

    Leur quête, c’est de donner des couleurs «tout cordes» à une palette de musiques qu’ils connaissent bien et de s’inventer un pays musical rien qu’à eux. Peinards quoi...les pieds dans l’herbe...

    Cette réunion inédite rassemble des violonistes et un contrebassiste  marqués par des formes de musiques bien vivantes dans notre pays. Des traditions qui séjournent au sein de la France, dans tout le Massif Central et le centre de la France par exemple jusqu’à celles de pays et de cultures plus éloignées. Dans toute cette diversité, le violon a eu et a une place à part. Instrument de musique «savante» autrefois approprié par les musiciens «de routine» dont l’inventivité continue de nous étonner, il est aujourd’hui encore plus qu’ hier un trait d’union entre les conceptions musicales qui co-existent dans notre «globalité» culturelle.

    C’est pourquoi le principe créatif  de ce projet emprunte à des idées que notre génération de musiciens a acquis auprès des «sources de la tradition» comme à travers la somme de nos expériences individuelles.

    Instruments par nature double, solistes ou vivants en confréries, le violon, la nyckelharpa et la contrebasse permettent de créer des sons à l’infini, des plus rugueux aux accords les plus savants. C’est pour tout cela que «Cordofonic» s’est uni avec l’idée de rassembler les influences qui font de leures recherches sur les musiques traditionnelles et actuelles un travail vivant.

   

   

 

C’est Qui ?


François Breugnot, violon, violon ténor, chant. Originaire d’Auvergne, participe depuis longtemps à des formations «transversales» comme Aligot Eléments, La Fabrique, Le Comité, Voyage de Nuit...et a collaboré comme soliste avec L’Orchestre Régional d’Auvergne, des danseurs contemporains (Cie Axotolt), à un album de J-J Goldman («chansons pour les pieds»)


Frédéric Baudimant, violon.

Il trempe son violon dans les eaux de la musique classique (Orchestre Symphonique d’Orléans), de la chanson (avec Clarika et Florent Marchet) et des traditions du Berry et du Centre-France (avec Les Thiaulins de Lignieres, Daniel Langlois, Gilles Chabenat, Dominique Forges...).


Marie Mazille, violon, nyckelharpa.

Elle a voyagé à travers les musiques des pays de l’Est (ensemble Tsirba), le «néo-trad.» français (Kordévan) et aujourd’hui avec Isabelle Bazin, accordéoniste et compositrice. Elle est également impliquée dans la chanson comme accompagnatrice (de Gérard Pierron, Henri Courseaux, Laurent Berger...) sur les plateaux de danse et de théâtre ainsi que dans sa ville au sein d‘«In situ» (action musicale participative et commande des «Détours de Babel» dans le quartier de La Villeneuve à Grenoble) dont elle a assuré la direction artistique.


Stéphane Arbon, contrebasse.

Musicien évoluant dans des univers de création collective, jazz contemporain avec  Musique en friche, l’Arfi, l’Auvergne Imaginée et Alain Gibert.  Dans les musiques traditionnelles avec D’accord Léon puis Isabelle Bazin, Tand’m. Il est également très actif dans le spectacle jeune public avec Baby boom, Steve Waring. Son dernier album avec le chanteur Christophe Bardon vient d’être recompensé par l’Académie Charles Cros


Cordofonic est aussi  sur scène avec avec

Alain Bruel pour interpréter «PremièreS»,

ciné-concert dédié aux films de pionniers des genres historiques du cinéma.

Voir page PremièreS